Accueil Cette semaine Bientôt Expos/Littérature Les actualités Portraits Cinéma/Guide
Actualités/Organismes culturels/Mouvement Québec français/Laurentides

Prix d’excellence en français Gaston-Miron

Dans le cadre du mois et de la journée internationale de la Francophonie, la Société nationale des Québécoises et des Québécois, région des Laurentides (SNQL) et le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) avaient invité les finalistes, au Rendez-vous de la Francophonie, afin de procéder à la cérémonie de remise des Prix d'excellence en français Gaston-Miron, huitième édition. Ces prix sont décernés annuellement à des personnes, des entreprises ou des organismes qui se distinguent par leur contribution à la promotion et à la valorisation de la langue française sur le territoire des Laurentides.

Le Prix d'excellence en français Gaston-Miron, catégorie INDIVIDU, est remis à Madame Angèle Courville, auteure-compositrice-interprète et musicienne, entrepreneure et enseignante de musique à Sainte-Thérèse. Elle a notamment mis sur pied, en 2018, les boîtes à bonheurs. Ce projet a pour objectif de démocratiser l'écriture, de favoriser l'emploi de la langue française, de valoriser l'écriture manuscrite et le dessin, de rendre heureux en créant un moment de bonheur, de faire réfléchir sur son propre bonheur et celui des autres. Avec ces bonheurs, elle souhaite créer différentes activités, composer des chansons, en faire un recueil et bien plus encore…

Le Prix d'excellence en français Gaston-Miron, catégorie ORGANISME, est, quant à lui, remis à la Maison populaire d'Argenteuil. Organisme communautaire en alphabétisation depuis vingt-sept ans, qui œuvre sur le territoire de la MRC d'Argenteuil. La mission de l'organisme est de défendre et promouvoir les intérêts des personnes analphabètes, de sensibiliser la population aux besoins de ces personnes et d'offrir différents ateliers d'alphabétisation dans les municipalités de la MRC d'Argenteuil. Le jury a retenu la créativité, l'originalité et la diversité dont elle fait preuve pour mettre sur pied différents ateliers afin de permettre à un plus grand nombre de personnes d'acquérir des bases solides en langue française. Pour la Maison populaire d'Argenteuil, promouvoir et défendre quotidiennement la beauté de la langue française est primordial dans toutes les sphères de leurs activités.

Un hommage a également été rendu à Monsieur Jean-François Beauchemin pour l'ensemble de sa carrière. En effet, M. Beauchemin consacre l'essentiel de son travail comme écrivain depuis 1998. Il a publié onze romans pour adultes, un roman pour la jeunesse, des nouvelles, trois carnets et deux récits. En 2018, il a fait paraître un nouveau recueil de textes intitulé Archives de la joie, série de portraits amusants sur la vie intellectuelle des animaux. Il ne faut pas passer sous silence sa carrière comme rédacteur, concepteur et réalisateur à la Société Radio-Canada pendant près de dix années. Il est un amoureux de notre langue française et un fier ambassadeur.

Notre conférencier, Monsieur Christian Vézina, poète, billettiste et chroniqueur à la radio de Radio-Canada, a su capter l'auditoire par sa sensibilité et son amour inconditionnel de la langue française qui représente, pour lui, la fondement même du pays. L'animation poétique présentée par IVY, interprète poétique et slameur, a permis à l'assistance d'entendre des poèmes et des textes dont la recherche approfondie des mots en a surpris plus d'un.  

Rappelons que la remise de ces prix est une collaboration de la SNQL et du MQFL qui souhaitent souligner, de façon concrète, les efforts pour l'épanouissement du français sur le territoire des Laurentides. Cette année, les organisateurs se disent très heureux de la réussite de l'événement qui a rassemblé plus d'une centaine de personnes.

De gauche à droite : Réjean Arsenault, président du MQFL, Angèle Courville, de Sainte-Thérèse, lauréate dans la catégorie INDIVIDU, Gilles Broué, président de la SNQL.

De gauche à droite : Gilles Broué, président de la SNQL, lauréate dans la catégorie ORGANISME : Martine Mantha, coordonnatrice de la Maison populaire d'Argenteuil et Jacinthe Bélanger-Bibeau, participante, ainsi que Réjean Arsenault, président du MQFL.

De gauche à droite : Gilles Broué, président de la SNQL, Jean-François Beauchemin, auteur de Sainte-Anne-des-Lacs, Réjean Arsenault, président du MQFL

Les lauréats des Belles Lettres des Laurentides 2020

Pour une septième année consécutive et malgré la pandémie, le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) a convié la population des Laurentides à son concours de création littéraire "Les Belles Lettres des Laurentides". Cette année, le thème était "Pieds nus dans l'aube" de Félix Leclerc, un de nos plus grands auteurs-compositeurs. Cet exercice de création littéraire fut vécu dans un contexte de confinement et c'est malheureusement pour cette raison que nous avons dû annuler notre traditionnelle cérémonie de remise des prix aux lauréats.

C'est avec une immense satisfaction que le MQFL a constaté l'enthousiasme contagieux que le concours a suscité auprès de la population laurentienne. Guidés par des critères d'évaluation précis, les juges ont effectué un travail minutieux pour déterminer les trois meilleures lettres parmi les textes d'une grande qualité qui leur furent soumis.

Les lauréates du concours sont :

Le premier prix fut décerné à Carole Hébert de Saint-Jérôme, avec une bourse de trois cents dollars (300$).

Le deuxième prix fut remis à Denise Montpetit de Rosemère, avec une bourse de deux cent cinquante dollars (250$).

Le troisième prix fut offert à Francine Gauthier de Lachute, avec une bourse de deux cents (200$).

Le Mouvement Québec français des Laurentides est fier de reconnaître le talent littéraire des participants à ce concours en offrant un court vidéo qui sera mis sur le site Internet du Mouvement Québec français avec les trois textes gagnants.  Nous invitons la population à vous rendre sur le site suivant : https://quebecfrancais.org/rubriques/belles-lettres-des-laurentides/ ou encore sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/MQFLaurentides/.

L'excellente participation et les nombreux commentaires positifs reçus nous amènent à poursuivre cette formule pour les années futures. Nous sommes heureux de convier la population à ce concours annuel qui reviendra en septembre prochain.

Pour le retour au menu des actualités, cliquez.

La situation du français au Québec exige un geste courageux et audacieux

Depuis des décennies, la question linguistique fait l'objet de débats au Québec. Beaucoup de paroles et peu d'actions depuis l'adoption de la Loi 101 en 1977. L'Assemblée nationale, sous l'inspiration du ministre Camille Laurin, donna au peuple du Québec une loi toute particulière à laquelle on attribue les caractéristiques d'une Charte. Par celle-ci, on voulait reconnaître la volonté des Québécois d'assurer la qualité et le rayonnement de la langue française. Le gouvernement de l'époque était donc résolu à faire du français la langue de l'État aussi bien que la langue d'usage du monde du travail, de l'enseignement, des communications, du commerce et des affaires. Cette langue française est donc devenue la langue officielle de la Nation québécoise et le principal facteur de cohésion sociale.

L'année 2020 a connu sa pandémie "COVID-19", mais la population québécoise (et même canadienne) semble vouloir terminer l'année sur la question identitaire reliée à la langue française. Les recherches et les sondages se multiplient et démontrent que le français est en danger, et ce particulièrement à Montréal.  Tout en partageant cette inquiétude face à la Métropole, le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) observe également un phénomène d'anglicisation dans les Laurentides par sa vitrine commerciale qui présente de plus en plus des noms d'entreprise en langue anglaise (voici à titre d'exemples : Bumper to Bumper, Breadshop, Pho King bon et bien d'autres). On peut se demander pourquoi le bureau du Registraire des entreprises du gouvernement du Québec permet à des entreprises québécoises de s'afficher dans la langue de Shakespeare. Inutile d'insister sur l'envahissement des entreprises américaines et internationales.

Cette anglicisation se manifeste également par l'omniprésence de la chanson anglophone dans les commerces et les centres d'achats.  Un sondage de Léger commandé par le Mouvement Québec français national (MQF), en 2018, indiquait que la musique commerciale n'était pas un enjeu prioritaire pour la plupart des commerçants. Il est en effet excessivement rare d'entrer dans un commerce et d'être accueilli dans une ambiance musicale francophone.

Le Mouvement Québec français des Laurentides considère que le ministre responsable de la langue française, monsieur Simon Jolin-Barette, a le devoir de répondre rapidement et efficacement aux attentes des Québécoises et Québécois après avoir promis un plan costaud pour remédier à la situation du déclin du français. Le gouvernement ne pourra pas se contenter d'une "réformette" ou d'un "raboudinage" de la Loi 101. La Nation québécoise attend davantage. Il devra intervenir dans plusieurs facettes de la vie collective afin que la langue française demeure le véhicule d'expression privilégié de l'identité et de la culture québécoises. Il se devra d'être audacieux afin de poser un geste courageux et historique qui pérennisera le français, langue commune au Québec, image de notre identité nationale, véhicule de notre culture.

Les données du sondage sont disponibles sur le site du MQF dont voici le lien : Études, mémoires et auditions - Mouvement Québec français - Défenseur de la langue française (quebecfrancais.org).