Accueil Cette semaine Bientôt Expos/Littérature Les actualités Portraits Cinéma/Guide
Actualités/Organismes culturels/Société nationale des Québécois/Laurentides

Pour le retour au menu des actualités, cliquez.

Votre ville ou votre école est-elle hors la loi?

Sans le savoir, votre école, votre hôtel de ville ou votre SAQ est peut-être hors la loi. Le drapeau représente l’un des plus puissants moyens de communication d’une nation. De tout temps et dans toutes les civilisations, il a été un élément d’identification permettant de reconnaître les siens, d’attirer l’attention, d’identifier une juridiction. Les gens sont sensibles et intéressés à tout ce qui touche leur drapeau, et c’est aussi vrai pour les Québécois. Il faut donc le déployer de manière à faire honneur à son statut de symbole de la nation et de l’État québécois.

L’article 11 du Règlement sur le drapeau (règlement correspondant à la Loi sur le drapeau et les emblèmes) stipule : «Il doit aussi être exempt de déchirure ou de lacération».

Lors de votre prochaine promenade, levez la tête et portez une attention spéciale au sommet du mât qui se trouve peut-être sur votre chemin. Si vous ne désirez pas en aviser directement le propriétaire du drapeau défectueux, vous pouvez communiquer avec la Société nationale des Québécoises et Québécois région des Laurentides (SNQL) qui se chargera d’entrer en contact avec les personnes et organisations concernées, au 450 438-4129. La SNQL est un organisme à but non lucratif dont la mission est de défendre et promouvoir l’identité québécoise, prioritairement sa langue, son histoire, sa culture et son patrimoine.

Les temps sont durs pour les drapeaux, vents violents, verglas, soleil, usure ou vandalisme, la propriété d’un drapeau vient avec la responsabilité qui en incombe, celle de le remplacer périodiquement.

Situation préoccupante du français au Québec

Le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ), dont fait partie la Société nationale des Québécoises et Québécois, région des Laurentides (SNQL), ainsi que la Fondation Lionel-Groulx, dévoilaient récemment les résultats inquiétants d’un sondage sur l’état du français au Québec, réalisé par la firme Léger du 4 au 6 septembre dernier, auprès d’un échantillon représentatif de mille onze Québécois.

Si 59% des répondants estiment que la situation du français au Québec s’est dégradée depuis les dix dernières années, 62% des Québécois se montrent pessimistes face à l’avenir de celle-ci. Chez les francophones, les données nous indiquent que pas moins de 71% de la population se dit préoccupée.

Dans ce contexte, le sondage exprime clairement la position d’une majorité de Québécois : 67% sont d’accord pour adopter ou renforcer des lois afin d’améliorer la situation du français au Québec. Fait à noter, ce constat est partagé par toutes les générations, notamment par une majorité de jeunes âgés entre dix-huit et trente-quatre ans (56%).

Chez les francophones, ce sont 77% d’entre eux qui souhaitent consolider ces mesures. Par ailleurs, dans le cadre du sondage, le niveau d’accord des Québécois sur plusieurs enjeux spécifiques touchant notamment à la francisation des nouveaux arrivants, la langue de travail, l’affichage et les institutions a été mesuré : les résultats qui en découlent sont sans équivoque.

Les deux organisations, issues de la société civile, appellent le gouvernement à déposer sans délai son plan d’action pour répondre à la demande des Québécois sondés qui indiquent que le Québec souhaite ardemment protéger sa langue officielle en adoptant des mesures structurantes. Dans un contexte où le gouvernement actuel en est déjà à la moitié de son mandat, elles exhortent que celui-ci dépose rapidement son plan d’action promis pour répondre aux attentes des citoyens.

«Les résultats de ce sondage réalisé à travers tout le Québec sont très préoccupants pour toutes les régions, dont les Laurentides. Le gouvernement doit tenir compte de ces données pour effectuer un renforcement majeur de la loi sur la langue officielle. Il a maintenant toute la légitimité de le faire» affirme Gilles Broué, président de la SNQ des Laurentides.

La Société nationale des Québécoises et Québécois, région des Laurentides, fondée en 1952, a pour mission de défendre et promouvoir l’identité québécoise, la langue, l’histoire, la culture et le patrimoine.

Les données du sondage sont disponibles sur le site du MNQ.

Dixième édition des Prix d’excellence en français Gaston-Miron : appel de candidatures

Vous connaissez une personne, un organisme ou une entreprise dont la contribution à la promotion et à la valorisation de la langue française dans la région des Laurentides mérite d’être soulignée? C’est maintenant le temps de remplir le formulaire de mise en candidature pour la dixième édition des Prix d’excellence en français Gaston-Miron.

Pour le dixième anniversaire, le comité organisateur a décidé de modifier les règles du jeu. Contrairement aux années précédentes, les actions en appui à la candidature porteront sur les dix dernières années. Les organisateurs du concours, Le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) et la Société nationale des Québécoises et Québécois, région des Laurentides (SNQL), réuniront un jury qui choisira les lauréats parmi les candidatures reçues. Hâtez-vous, car la date limite de réception des candidatures est le 12 février 2021. Les règlements ainsi que l’information nécessaire à la préparation d’un dossier de candidature sont disponibles sur le site Internet de la SNQL à l’adresse suivante : http://www.snq-laurentides.quebec

Les Prix d’excellence en français Gaston-Miron seront remis le dimanche, 21 mars, à treize heures trente, au Théâtre le Patriote à Sainte-Agathe et soulignera de façon exceptionnelle le vingt-cinquième anniversaire du décès de GastonMiron.

À propos de Gaston-Miron

Né à Sainte-Agathe-des-Monts en 1928, Gaston Miron est l'un des grands poètes contemporains du Québec. Son amour du livre l'amène à jouer un rôle de premier plan dans l'édition québécoise, en étant cofondateur des éditions de l'Hexagone, qu'il a dirigées de 1953 à 1983. La délégation du Québec à Paris s'est souvenue de cette passion du livre en inaugurant la bibliothèque Gaston-Miron à Paris et l'Université de Montréal a créé le Centre des archives Gaston-Miron, voulant contribuer à la mise en valeur des archives de la littérature québécoise et du discours culturel. Ce poète national s'est employé à faire connaître notre littérature par des tournées de conférences dans les universités d'Europe et des Amériques, par des lectures de poèmes et des prestations dans nombre de pays lors de colloques ou de rencontres littéraires avec divers publics.

Pour obtenir davantage d’informations sur les Prix d’excellence en français Gaston-Miron, veuillez communiquer avec André Marion au 450-438-4129.